Sortie de Grange

Sortie de Grange : Annonces & Conseils d'achat

Rareté des autocars : Ma Mercedes-Benz 200D Universal de 1966

Histoire et photographie fournies par Pedro Miguel

Bonjour, je m’appelle Pedro Miguel, je vis à Santarém, au Portugal, et voici ma Mercedes-Benz Universal 1966 que je voudrais partager avec mes collègues amateurs de vintage !

Pour être plus précis, il s’agit d’un carrosse 200D qui a été converti à partir de la coque d’un Heckflosse (Fintail) berline. Il a été modifié par la société belge IMA il y a plus d’un demi-siècle – en 1966, avant que celle-ci ne fasse faillite quelques années plus tard – pour devenir cet élégant break, kombi, break, touring, quel que soit le mot que vous voulez lui donner (officiellement, on l’appelle « Universal ».) Contrairement à certaines conversions de mauvaise qualité cependant, IMA travaillait avec le soutien de Mercedes-Benz, probablement pour aider le constructeur automobile allemand à tester le marché d’un break officiel construit en usine à venir plus tard. Les années soixante ont été une période de résurgence pour le style de carrosserie, et Mercedes a certainement remarqué l’augmentation de l’intérêt.

Mercedes a fourni à d’autres carrossiers des Fintails à convertir en porte-charges, ambulances et autres configurations utilitaires, et comme ma voiture, ils ont équipé de nombreuses carrosseries qu’ils ont fournies à ces entreprises de roues de plus grand diamètre (15″ au lieu de 13″) pour faire face aux charges accrues que les versions converties auraient à supporter. Dans certains cas, Mercedes les équiperait également des premières versions de la suspension arrière auto-nivelante, bien que, heureusement, ce système ne soit pas aussi complexe et coûteux que celui utilisé sur les imposantes 6.3 et 600.

Désolé, je reviens au sujet. D’autres carrossiers, comme Binz par exemple, avaient pour tâche principale de construire les ambulances Fintail à partir des coques fournies par l’usine, mais IMA créait quelque chose de plus raffiné et de beaucoup plus élégant que cela. Il s’agissait d’une voiture à conduire par des familles en vacances à travers l’Europe, une voiture à charger de paniers de pique-nique et de bergers allemands et à emmener pour une journée d’errance. Certains des Universals avaient des sièges arrière rabattables en deux parties, comme le mien, et quelques-uns étaient également équipés d’une troisième rangée de sièges faisant face à l’arrière et pouvant être rangés à plat à la manière des Volvos qui allaient venir plus tard et faire de ce siège de coffre un élément de base de nombreuses enfances millénaires.

C’est une voiture incroyablement fiable et, bien qu’elle n’ait pas d’accélération qui puisse vous briser le cou, ou même vous faire plier le cou, elle est plus qu’heureuse de rouler toute la journée à la vitesse de l’autoroute une fois que vous l’avez atteinte. J’aime la conduire, où que je sois, et j’emmène fréquemment mon Universal explorer la ville et la campagne, en profitant simplement de l’expérience de posséder et de piloter cette pièce rare de l’histoire automobile allemande.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *