Sortie de Grange

Sortie de Grange : Annonces & Conseils d'achat

L’une des voitures les plus précieuses au monde est maintenant cette Ferrari 335 S

Photos avec l’aimable autorisation d’Artcurial Motors

Artcurial Motorcars vient de vendre cette Ferrari 335 Sport Scaglietti de 1957 pour 32,1 millions d’euros, prime d’achat comprise, lors de sa vente Rétromobile. Ce montant a dépassé le précédent record de 28,5 millions d’euros établi en 2014. Compte tenu des différences de taux de change, sa valorisation à environ 35,7 millions de dollars US est un peu en deçà du précédent record de 38 millions de dollars US – mais à cette extrémité du marché, quelques centaines de milliers de dollars sont presque insignifiants.

Pour nous, la valeur d’une voiture n’est pas aussi importante que sa conduite, les émotions qu’elle évoque ou l’histoire qu’elle représente. Réunissez tous ces attributs dans une seule voiture qui se trouve être une Ferrari classique, et il est possible que l’histoire soit réécrite. Pour en savoir plus sur cet étonnant véhicule, lisez notre avant-première ou mémorisez ses points forts :

Qui a fait la course avec cette voiture dans la période ? Peter Collins, Maurice Trintignant, Wolfgang von Trips, Mike Hawthorn, Luigi Musso, Masten Gregory, Stirling Moss, Gaston Andrey et Lance Reventlow.

Où a-t-il couru ? Les 12 heures de Sebring 1957 (6e), les Mille Miglia 1957 (2e), les 24 heures du Mans 1957 (DNF) et le Grand Prix de Cuba 1957 (1er), entre autres.

Qu’y a-t-il sous le capot ? Dans sa spécification finale (et actuelle), un moteur V12 Ferrari de 4,1 litres, comprenant douze des plénums d’admission individuels permettant de développer une puissance d’environ 400 chevaux.

Quoi d’autre ? Elle a été la première voiture à établir un record du tour à une vitesse moyenne supérieure à 200 km/h pendant les 24 heures du Mans, ce qu’elle a fait en devançant la Jaguar D-Types d’usine. Avec une moyenne de 125 km/h sur un tour de course, c’était tout un exploit, et c’est toujours le cas. Elle a ensuite appartenu à l’astucieux collectionneur français Pierre Bardinon, dont la succession lui a offert par Artcurial Motorcars.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *