Sortie de Grange

Sortie de Grange : Annonces & Conseils d'achat

Le coupé Cheetah GT a été construit pour tuer la Cobra

Photographie avec l’aimable autorisation de Bonhams

La première voiture qui m’a obsédé était la Shelby AC Cobra, grâce à mon grand-père qui m’a offert un modèle S/C 427 à l’échelle 1:18 en 1964. Pendant un certain temps, c’était le la voiture de mes rêves. La plus sauvage, la plus rapide, la plus méchante, la voiture ultime. Puis j’ai grandi. J’aime toujours l’arme rudimentaire de Carroll sur le tarmac, mais j’ai appris que la Cobra AC – bien qu’elle soit incontestablement déjantée – n’était pas la plus folle des voitures de course jamais construites… mais ce coupé Cheetah GT 1964 pourrait l’être.

Si vous ne connaissez pas le guépard, vous allez vous régaler. Un homme du nom de Bill Thomas a commencé sa carrière automobile en modifiant et en construisant des voitures de course Corvette pour C.S. Mead Chevrolet Motors. Après avoir mis le pied dans la porte de l’industrie, Bill Thomas a ouvert son propre atelier – Bill Thomas Race Cars. Sa nouvelle entreprise a démarré avec un contrat de General Motors pour la construction de Chevrolet Corvairs et de pièces de performance pour d’autres voitures GM. Peu de temps après, il a commencé à construire des stock-cars et des voitures de course.

Mais la prétention de Bill à la célébrité serait la voiture que vous voyez ici proposée : la Cheetah-reckless, bruyante et provocante : en gros, l’équivalent automobile du glamour métal. À l’époque, General Motors ne faisait pas officiellement de course, mais Bill avait établi de solides relations avec les grosses perruques de GM. Cette relation s’est transformée en une relation « non officielle » entre GM et Bill Thomas, qui a été chargé de construire quelque chose pour rivaliser avec son ennemi juré : la monstrueuse Shelby Cobra, propulsée par Ford.

Avec l’aide de l’investisseur du projet et du concessionnaire Chevrolet John Grow, le concept de la Cobra concurrente a commencé la R&D en 1963. General Motors a fourni ses tout-puissants moteurs V8 de 327 pouces cubes et les ensembles de suspension arrière de la Corvette. Pour le reste, Bill s’est procuré les transmissions Muncie, les freins à tambour NASCAR et divers éléments de suspension et de châssis dans le stock de pièces GM.

Bill et son principal fabricant, Don Edmunds, ont conçu un châssis à cadre tubulaire, sur lequel a été sculpté le corps voluptueux à court surplomb. Après qu’Edmunds ait construit un moule de carrosserie en bois, les deux premiers prototypes de coquilles de guépard ont été construits en aluminium avec des fenêtres d’avion en Perspex – points bonus pour inclure des portes « papillon ».

Au départ, il était prévu de produire 100 guépards pour répondre aux exigences d’homologation de la FIA, mais la réglementation des courses a changé, portant l’exigence à 1 000 unités. Ceci, ainsi qu’un incendie dans l’atelier de Bill Thomas, a finalement tué le programme après que seulement 11 Cheetahs aient été construits. Après que les deux prototypes aient été recouverts d’aluminium, les neuf autres ont reçu des corps en fibre de verre.

Le châssis s’est avéré être compromis par une flexion excessive, de nombreux privés ont donc ajouté des renforts supplémentaires pour consolider le cadre afin de rester compétitif sur le circuit. Au total, le Cheetah a remporté 11 victoires dans la période, malgré des problèmes mécaniques et techniques. Avec une puissance de 400 à 500 chevaux, selon la configuration, et un poids inférieur de près de 500 livres à celui de la Cobra AC, la Cheetah GT est l’histoire de « ce qui aurait pu être » si GM et les investisseurs n’avaient pas tout arrêté.

Ce Cheetah GT Coupé était à l’origine une voiture à carrosserie étroite, mais après avoir violemment chassé la bande de roulement des voitures concurrentes de ses roues arrière exposées, la FIA a ordonné d’élargir les arches arrière du Cheetah – c’est génial, non ? Quatrième voiture de client en fibre de verre fabriquée, cette GT a été achetée par Alan Green Chevrolet de Seattle, Washington, dans un lot de trois Cheetah où elle a ensuite fait la course à travers les États-Unis et le Canada.

Pour tenter de préserver son manteau, le gardien actuel a démonté et rangé la coquille originale en fibre de verre et a monté un nouveau corps pour la compétition. Dans cette configuration, la voiture a continué à courir pour inclure dix passages à Monterey Historics. En 2012, le moule d’origine a été sorti de l’entrepôt, remis à neuf dans sa livrée de la saison 1965 et remonté sur le châssis tubulaire – sa présentation actuelle.

Plus récemment, la GT a reçu un tout nouveau faisceau de câbles, le système d’injection de carburant de Rochester a été reconstruit, et la voiture était immatriculée en Californie.

La vente comprend un catalogue de documentation historique sur les courses, un schéma de harnais électrique, un manuel d’atelier sur l’injection de carburant, et un titre californien propre avec un bloc de signature d’acheteur vierge – dites-nous si vous avez besoin d’emprunter un stylo, nous vous accompagnerons en échange.

Histoire
– Restauration complète des caractéristiques et de la livrée du millésime
– Une des 11 voitures de Bill Thomas
– Histoire documentée et passeport technique historique de la FIA

Spécifications
~400 chevaux 336 pouces cubes V8 à soupapes en tête, boîte de vitesses manuelle à quatre rapports, suspension à ressorts hélicoïdaux indépendante aux quatre roues et freins à tambour aux quatre roues. Empattement : 90 in.

Informations sur les véhicules
N° de châssis : BTC003

Évaluation
Maison de vente aux enchères : Bonhams
Estimation : 300 000 à 500 000 dollars
Prix réalisé : Vente aux enchères le 19 août

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *