Sortie de Grange

Sortie de Grange : Annonces & Conseils d'achat

La DBR4 n’était pas une championne de F1, mais ce châssis Aston particulier a encore une histoire à raconter

À l’époque où cette voiture-cigare était à son apogée, il était possible d’ouvrir le capot d’une voiture de Formule 1 avec une pièce de monnaie – il suffisait de tourner une vis ou deux – et on pouvait aussi trouver « El Maestro », Juan Manuel Fangio, aux 24 heures du Mans. Aujourd’hui, il y a des pilotes de crossover et des carrosseries à dégagement rapide dans toutes sortes de courses automobiles, mais bien sûr, ce n’est pas la même chose.

La machine verte de Grand Prix que vous regardez aujourd’hui faisait partie de la gamme de voitures de compétition de DBR, très appréciée, et elle a été construite pour capitaliser sur le succès des voitures de sport de la société dans les années 1950. Connue plus précisément sous le nom de DBR4/250, son développement a commencé en 1957 et le premier châssis DBR4 a fait ses débuts à Silverstone où il était piloté par la même équipe qui allait remporter Le Mans cette année-là dans une DBR1.

Malgré une bonne place dans la course non championne à Silverstone-2e – Roy Salvadori et Carroll Shelby n’a pas pu tirer grand chose, voire rien, de la DBR4 F1 au cours de la première saison de sa carrière de sport automobile. Le fait est qu’elle était pratiquement dépassée avant de mettre un pneu sur la piste malgré son châssis en tube (la marque la plus rapide a déjà adopté la disposition du moteur central qui allait sonner le glas des voitures à long nez comme celle-ci), et assez vite, David Brown et al se sont à nouveau concentrés sur les courses de voitures de sport et le projet F1 a échoué.

Au total, quatre DBR4 ont été construits, bien que le second châssis DBR4/2 ait été séparé au cours de la période. Le reste est entré dans les séries de courses historiques au cours des décennies suivantes, mais le collectionneur d’Aston Geoffrey Marsh – qui possédait la DBR1, gagnante du prix Le Man, et le premier châssis DBR4 – a voulu construire ledit second châssis à partir de la dispersion des pièces d’origine qui avaient survécu.

C’est donc une récréation, oui, mais les pièces qui la composent ne sont pas sans histoire. Marsh avait rassemblé un moteur DBR4 original de 2½ litres, une boîte de vitesses arrière de type David Brown /4, et une liste de composants supplémentaires originaux comme les montants de suspension et ces belles roues Borrani en fil de fer. Cette voiture a été assemblée à partir des pièces qui subsistent et achevée en 1982, puis elle a changé de mains à plusieurs reprises avant d’être à nouveau démontée pour être conservée. Il est clair qu’il a été remonté depuis lors et, suite à une restauration et une reconstruction effectuées au début des années 2000, il a été un coureur historique régulier malgré une panne de moteur en cours de route, participant six fois au Goodwood Revival entre 2004 et 2014.

J’ai eu la chance de voir la DBR4 en action grâce à Pendine, spécialiste de la vente de voitures historiques, et au Classic & Sports Car Show en association avec Flywheel, qui organisait une journée médiatique avant l’événement au Bicester Heritage. Le voir fonctionner sur l’ancienne base aérienne de la RAF était quelque chose à voir, la suspension en pleine exposition et la compression complète lorsqu’il passait entre les virages, souvent avec un peu de fumée de pneu ou au moins un léger glissement accordé par la largeur de son pneu anorexique.

Le Classic & Sports Car Show en association avec Flywheel aura lieu sur le week-end de 23 juin à Bicester Heritage avec une foule de voitures emblématiques prêtes à participer, alors si vous êtes enthousiaste et à proximité, vous aurez peut-être la même occasion de voir l’histoire de la F1 en action

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *