Sortie de Grange

Sortie de Grange : Annonces & Conseils d'achat

La collection de Ferrari de David Lee vous fera rester à l’école – Sortie-de-Grange

Photographie de Luke Wooden

Les collections de Ferrari sont de toutes tailles et de toutes sortes, et il n’y en a jamais deux qui se ressemblent car chaque collectionneur a son propre style de collection. La collection de David Lee est peut-être celle qui plaît le plus à la jeune génération de passionnés, avec toutes les super-voitures Ferrari des années 80 à aujourd’hui, ainsi que certains des plus beaux exemplaires des années 60.

Après avoir pris les rênes de l’entreprise familiale de bijoux créée par son père, un maître artisan du jade, le plus jeune Lee a transformé l’entreprise en une centrale de vente au détail, représentant toutes les marques de montres haut de gamme et à production limitée. Il voit de nombreuses similitudes entre l’industrie horlogère et l’industrie automobile : il s’agit de la qualité de l’ingénierie, de la marque et de l’image, ce qui « explique pourquoi il existe de nombreux partenariats entre les entreprises automobiles et horlogères ».

Alors qu’il a commencé à emprunter des livres de voiture à la bibliothèque dès son enfance et à apprendre à dessiner des Lamborghinis et des Ferrari, il a fini par occuper un poste où il pouvait s’amuser en vrai. Après s’être essayé aux Porsche et aux Lamborghinis, une rencontre avec une Jaguar E-type l’a amené à réévaluer son objectif, en choisissant de ne collectionner que des Ferrari classiques et des supercars.

Voici un bref entretien avec Lee sur l’évolution de sa collection, sa famille et la façon dont il a créé Morning Octane, un rassemblement mensuel local de voitures.

Q : Votre collection parle d’elle-même, comment en êtes-vous arrivé là, du point de vue de l’automobile ?

R : Ma première vraie voiture de sport a été une 911 C2, puis une 911 turbo, puis une Diablo VT, puis une variété de voitures…

Je voulais la sainte trinité – le meilleur de Ferrari, Lamborghini et Porsche. J’ai donc acheté une Carrera GT, une Diablo 6.0 et une Enzo. Un jour, je me rendais à une fête de Noël et un ami m’a dit qu’il avait quelque chose à me montrer, il a ouvert son garage et il y avait cette E-type. Je l’ai regardé et c’était tellement cool.

Cela m’a fait découvrir le monde des voitures anciennes.

À partir de là, j’ai commencé à faire des recherches et cela m’a ouvert un tout nouveau monde. J’ai parlé à beaucoup de gens, j’ai fait des recherches et j’ai fini par obtenir une Ferrari 275 GTS de 65. Le processus – la recherche, l’apprentissage, la compréhension du patrimoine, le rôle d’Enzo – a ouvert les vannes. C’est ce qui a suscité mon intérêt et la collection. J’ai fini par vendre toutes les autres voitures plus récentes pour pouvoir me concentrer sur les supercars et les classiques de Ferrari.

Q : Pourquoi vous êtes-vous concentré sur Ferrari ?

R : J’aime beaucoup l’histoire et je ne pense pas que d’autres marques aient la gamme de modèles et la variété que Ferrari a. J’ai choisi une certaine direction et stratégie, je préfère les supercars de la 288GTO à la LaFerrari, mais aussi certaines de leurs icônes des années 60. Et j’aime aussi conduire quelque chose de fiable au quotidien, c’est-à-dire ma Ferrari FF 2014.

Q : Parlons de votre incroyable collection : sont-elles des reines du garage ou se font-elles conduire ?

R : Je pense que je suis une rareté dans la mesure où je conduis une Ferrari sept jours sur sept. Je ne conduis rien d’autre. La plupart du temps, je conduis la FF, mais le week-end ou lors d’occasions spéciales, je choisis une des autres dans le garage. Je crois en leur conduite. Souvent, quand j’achète une voiture, elle n’a pas été conduite et doit être mise au point pour une conduite régulière. Alors je fais cela et je les conduis. J’ai un sentiment de nostalgie, de ce qu’était le monde à l’époque, c’est comme une distorsion du temps, j’aime ce sentiment.

Q : Si vous deviez les donner tous et n’en sauver qu’un seul, pas nécessairement en tant que chauffeur journalier, lequel serait-il ?

R : Je dirais soit la F40, soit la 288GTO, les voitures turbo. C’est peut-être l’époque, je me souviens qu’elles allaient contre la Porsche 959, et j’étais au lycée et je me suis vraiment mis à penser aux voitures. C’est peut-être pour cela que je les aime.

Q : Votre famille partage-t-elle votre passion ?

R : Eh bien, ma femme me soutient et elle aime les voitures, mais elle préfère les classiques. Et mon fils a quinze ans. Autrefois, il n’aimait pas les voitures, mais maintenant, il commence vraiment à s’y intéresser. Je l’ai emmené à Monterey cette année et il commence à comprendre ce qu’est la communauté.

Je me souviens qu’au lycée, il y avait une fille que son père conduisait tous les jours à l’école dans une Ferrari 308. Et tout le monde pensait que c’était tellement cool et qu’elle était tellement cool. Et je me suis dit : « Putain ! J’aimerais que mon père ait des voitures cool et qu’il me conduise à l’école et que je puisse monter dedans, mec ce serait cool ! » Et maintenant, je peux le faire pour mon fils et souvent il me dit, « non, ne me conduis pas en Ferrari, papa ! » C’est trop d’attention pour lui.

Q : Pouvez-vous également nous parler des événements que vous organisez ?

R : Ce que j’ai mis en place est un événement appelé Morning Octane, c’est une fois par mois. Nous l’avons organisé au Rose Bowl, à l’hôtel de ville de Pasadena et sur le parking de mon magasin. Tout le monde connaît le Supercar Sunday, qui est un événement de la vallée de San Fernando, Cars & Coffee, qui est un événement du comté d’Orange, mais il y avait vraiment un vide dans la vallée de San Gabriel.

Et comme je connais quelques autres propriétaires dans la région, j’ai pu les appeler et les inviter, et maintenant les gens ont vraiment adopté le projet. Nous le faisons depuis plus d’un an maintenant et il y a beaucoup de voitures différentes, de tous âges, de toutes époques, mais c’est vraiment pour faciliter la passion des voitures. C’est pour cela que je l’ai fait.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *