Sortie de Grange

Sortie de Grange : Annonces & Conseils d'achat

Cinéma des conducteurs : Thunder Road (1958)

Route du tonnerre (1958), réalisé par Arthur Ripley, met en scène le grand Robert Mitchum dans le rôle d’un trafiquant de Moonshine pour l’entreprise familiale. Le film se déroule dans le sud, alors que le personnage de Mitchum échappe à la police et livre l’alcool de contrebande par le biais de sa Ford Custom 50 modifiée. Il conduit comme une chauve-souris de l’enfer avec l’alcool caché dans un compartiment secret situé dans le châssis de sa voiture. La multitude de poursuites intenses vous tient en haleine, car le contrebandier non seulement échappe à la police, mais doit aussi rester hors de portée de la mafia.

Le film ne présente que des voitures américaines, ce qui n’est approprié que pour son attitude méridionale et anarchique. Comme mentionné précédemment, l’homme de Robert Mitchum conduit une Ford de 50, mais plus tard dans le film, il passe à une Ford Custom de 57. Une Ford V8 De Luxe de 1940 et une Ford Fairlane 500 de 1957 font également leur apparition à l’écran. Voir ces voitures en noir et blanc évoque vraiment la nostalgie d’une époque révolue depuis longtemps. Cela vous emmène dans un endroit spécial où les bonnes vieilles voitures américaines étaient les seules à avoir vraiment de l’importance.

Je recommande personnellement ce film pour son esthétique de film noir. De plus, certaines des voitures du film sont équipées de mécanismes de dissuasion du méchant, ce qui permet de créer des surprises amusantes. La chanson créée pour le film est également digne de mention car elle est chantée par Mitchum lui-même et apporte un son délicieux au film. Le simple fait d’entendre le tintement sud des personnages, combiné aux poursuites à grande vitesse et à la contrebande d’alcool, fait Route du tonnerre une virée de renégats à regarder.

Cliquez ici pour l’affiche du film.

Cliquez ici pour commander une copie du DVD.

Sources d’images : Base de données de films sur Internet sur les voitures, 3 gars, 1 film, Prix du lutin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *