Sortie de Grange

Sortie de Grange : Annonces & Conseils d'achat

Cette vipère venimeuse s’infiltre dans la campagne italienne – Sortie-de-Grange

Photographie de Federico Bajetti

Je dois avouer que j’avais peur de conduire une Dodge Viper RT/10. J’avais vraiment peur de me faire du mal, à moi, aux autres et à la voiture si je devais conduire une voiture de sport V10 de 8 litres.

C’est vrai : la Vipère est menaçante. L’allure et les proportions de la voiture semblent toujours vous demander si vous êtes prêt à tester vos compétences de conducteur.

Regarder la Viper, c’est se pencher sur une représentation concrète du mot « défi » : oseriez-vous prendre une voiture aussi puissante près de ses limites et en revenir vivant ? Cette question a résonné dans ma tête pendant des jours avant que je ne la conduise.

J’ai toujours aimé la Viper, et elle fait partie de mes voitures préférées depuis un certain temps. C’est le photographe Federico qui a eu l’idée d’en tester une pour Sortie-de-Grange : nous avons décidé d’en tester une lors d’une visite dans le garage d’un ami commun à Vérone, appelé Mistral Motors.

Alors que nous nous amusions à regarder toutes les voitures dans le garage, nous avons repéré la silhouette vicieuse d’une Viper RT/10. Il s’agissait d’une RT/10 (Phase II SR) noire à moteur thermique de 1998, développant plus de 500 chevaux. Nous n’avons pas pu résister à l’envie de la regarder de plus près. Le propriétaire du garage, Carmine Sessa, a eu la gentillesse de l’allumer et de nous laisser savourer le son brutal de son V10 de 8 litres. Nous savions tous les deux que nous devions lui demander de le tester un jour.

« Bien sûr ! » Carmine a dit : « Viens quand tu veux ! ».

J’ai déjà conduit sur de grands blocs et j’ai un point faible pour les muscle cars : bon sang, j’adore toutes les voitures américaines. La plus grosse cylindrée que j’ai conduite auparavant était une Corvette 6 litres, et je trouvais que c’était une magnifique pièce d’ingénierie. Le couple, la puissance et l’attitude m’ont tout de suite fait tomber amoureux d’elle.

Mais avant qu’on me remette les clés, Carmine, le propriétaire, m’a dit : « Toute Corvette ressemble à une Fiat 500 quand on en conduit une ». Défi relevé ! Qu’est-ce qui pourrait mal tourner ?

La Viper est une voiture extrême et méchante comme on peut en trouver dans une voiture. L’intérieur est en plastique, l’échappement est monté juste sous votre siège, et vous avez la nette impression que toute la voiture est construite autour de ce moteur.

Pour le démarrer, il suffit d’appuyer sur la touche deux fois et vous êtes alors prêt à mettre la bête à feu. Le sentiment que l’on éprouve en étant assis dans une telle voiture est comme celui d’être le roi d’un tremblement de terre. Le son est tonitruant, addictif et arrogant. C’est une immense satisfaction de pouvoir disposer d’un tel chef-d’œuvre sous votre pied droit.

Tirez d’abord sur le grand levier de vitesse et relâchez lentement l’embrayage : vous n’avez pas besoin d’essence, car ce mastodonte s’éloignera facilement et sans aucun signe de protestation. Le pédalier est situé loin sur la gauche pour accueillir sa transmission géante, qui passe sous l’énorme tunnel séparant les deux sièges en cuir.

Sur la route, en conduite normale, la Viper est… remarquablement facile ! Elle a tellement de couple que vous pouvez engager la 5ème vitesse dès la 2ème, et vous serez toujours à 40 mph à 1100 tr/min ! Avec le toit ouvert et le son enivrant des tuyaux, on a presque l’impression de conduire une Grand Turismo en douceur. Elle est confortable, les sièges ne sont pas rigides et l’amortissement de la suspension est doux, mais ne donne pas l’impression que la voiture est négligée.

C’est incroyable la confiance qu’il inspire à son conducteur. Je me suis soudain rendu compte que j’avais tort : la Viper ressemble davantage à un « dragon de compagnie », et malgré le fait qu’elle semble en colère contre tous les régimes, c’est une voiture de tourisme agréable.

Mais attention : cette voiture a une double personnalité qui n’est pas contrôlable par un seul bouton comme dans les véhicules de performance actuels. C’est vous qui décidez quand l’utiliser comme GT ou comme machine à arracher le bitume. Il vous suffit d’avoir le courage d’appuyer d’un seul coup sur la pédale au sol.

Lorsqu’il est déclenché, la puissance de plus de 500 chevaux et le couple important qui l’accompagne écrasent les pneus et font danser l’arrière de la voiture de façon incontrôlable. C’est rapide. Très rapide. Le couple ne s’arrête jamais avant la ligne rouge à 5 500 tr/min (comme un moteur diesel moderne !) et chaque changement de vitesse est un pas vers la folie.

Vous ne devriez pas être autorisé à aller vite sur une route B italienne étroite, n’est-ce pas ? Je parie qu’il faut avoir une Alfa ou une Abarth pour apprécier la conduite, non ? Je dois excuser mes collègues de Sortie-de-Grange, mais je pourrais maintenant préférer le grondement d’une voiture américaine pour de tels trajets.

Au clip complet, « notre » Yankee Doodle noir se balançait comme Metallica à l’aérodrome de Tushino. Sa violence pure, son arrogance et sa soif contrastent avec le paysage délicat des collines autour de Vérone.

Lorsque vous conduisez cette voiture, vous remarquez à peine les défauts et l’intérieur en plastique bon marché. En toute honnêteté, je me soucie peu de la mauvaise qualité de l’intérieur : si vous en conduisez une, vous ne remarquerez jamais rien de mal. Si vous voulez dominer un serpent, vous avez besoin de réflexes rapides et d’un œil vigilant. Les voitures de ce type vous obligent à vous concentrer sur votre conduite, et elles le font si pleinement que vous remettez même en question la présence d’une radio ou de la climatisation.

Après deux heures de route, nous avons ramené la voiture au garage de Mistral Motors. Malheureusement, les clés de cette merveilleuse machine ont dû être rendues à son propriétaire, et pour nous, il était temps de rentrer chez nous.

« Alors, ça t’a plu ? » dit Carmine.

Le grand sourire heureux sur nos visages en dit long. Vive la Vipère !

Nous remercions Mistral Motors, Carmine, et Alessandro Sessa de nous avoir permis de conduire avec goût leur Dodge Viper.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *