Sortie de Grange

Sortie de Grange : Annonces & Conseils d'achat

Bien sûr, le musée de l’automobile de l’île de Man possède une collection de vélos de course parfaite

Entre l’agitation d’une quinzaine de TT, il n’y a pas de fin de spectacles et d’attractions pour attirer l’attention des milliers de visiteurs sur l’île, chaque événement et lieu cherchant à tirer profit du temps d’arrêt entre les courses. Il s’agit de courses de vitesse, de spectacles de cascadeurs, de carnavals et même d’un spectacle aérien des Flèches rouges. Contrairement aux divertissements plus bruyants proposés dans les pubs, il y a d’innombrables musées dispersés sur l’île, qui s’occupent de toutes sortes de sujets historiques liés à la vie sur l’île.

Naturellement, pour un endroit obsédé par la course automobile et les choses qui vont vite, il y a un certain nombre de musées de l’automobile pour piquer l’intérêt, mais je dois dire que dans les années que j’ai visitées, je n’en ai jamais visité aucun. Les histoires d’amis concernant des collections de machines assez petites ou des expositions peu impressionnantes m’avaient toujours un peu rebuté, mais pendant mon voyage au TT de cette année, je suis peut-être tombé sur l’un des secrets les mieux gardés de l’île.

Niché dans le nord de l’île, un peu en dehors des sentiers battus se trouve le village de Jurby. Vous trouverez ici la prison de l’île de Man, son court-circuit sur l’aérodrome, et entre autres le musée de l’automobile de l’île de Man et le musée TT, et je dois dire que c’est merveilleux ! Invité par le conservateur Mike Jones, je ne savais pas trop à quoi m’attendre, mais ce n’est certainement pas l’immensité du bâtiment qui constitue la généreuse empreinte de ce musée relativement nouveau. Le nouveau bâtiment, très spacieux, semblait être une construction appropriée pour l’histoire écrite ici, et avec une façade de magasin exposant une Honda de l’ex-John McGuinness, j’étais excité d’entrer à l’intérieur pour voir quels autres trésors pourraient être offerts.

Ce qui a attiré mon regard en traversant l’entrée, c’est une grande salle d’exposition, sur deux niveaux, qui fourmille d’histoire sur deux roues. Un mur de motos de différents millésimes a tout de suite attiré mon attention – des motos de course mélangées à des motards de tous les jours – ainsi qu’un rez-de-chaussée parsemé de voitures et autres moyens de transport de l’époque de la vapeur jusqu’à nos jours. Deux autres niveaux de motocyclettes, surélevés par rapport au sol du musée, s’étendaient au centre de l’espace, avec des murs occupés par des photographies, des souvenirs, des cuirs et d’autres pièces d’automobilia assorties.

Bien sûr, même s’il y avait une abondance d’objets à voir, étant donné que c’est la quinzaine de TT, ce sont les vélos qui ont attiré le plus mon attention. Le mur de machines mentionné ci-dessus était particulièrement engageant, rempli d’ex-Joey Dunlop et de Phillip McCallen, sans parler d’autres personnes ayant un héritage de course gagné sur l’île. Ce qui était particulièrement fascinant, c’était le point de vue différent qu’il offrait de ces chevaux qui étaient, pour la plupart, comme ils l’avaient été lors de leurs dernières courses. Les tuyaux d’échappement et le plastique marqués par les batailles pouvaient être facilement vus de dessous, racontant l’histoire de la vie de ces vélos de race, ainsi que des détails comme les noms des coureurs gravés dans les moteurs ou les bouteilles de récupération soigneusement placées et les composants habituellement cachés à la vue.

Les autres expositions retracent la grande histoire de la moto en termes généraux, depuis les premières machines d’avant-guerre comme celles de Douglas et Norton, en passant par les trois cylindres Kawasaki Hx couleur bubble-gum jusqu’aux Honda VFR et Ducatis relativement modernes, et presque tout ce qui se trouve entre les deux. De nombreuses motos avaient la présence rassurante de bacs de récupération d’huile en dessous et, en effet, un grand pourcentage d’entre elles sont des coureurs, ce qui est toujours agréable à entendre. Les pièces exposées ici sont un mélange de pièces de musée et de vélos prêtés par leurs généreux propriétaires, tels que l’ami de Joey Dunlop et ancien sponsor John Harris, que j’ai eu le plaisir de rencontrer lors de nos visites.

L’exposition Bob McIntyre est cependant à l’honneur parmi les motocyclettes. McIntyre a été le premier homme à réaliser un temps moyen de 100 mph au TT de l’île de Man, lors de l’épreuve de 57 sur son usine Gilera. Il a gagné trois TT au total et, en plus de son succès sur l’île, a produit de l’argenterie dans le monde entier avant son décès prématuré à Oulton Park à l’âge de 33 ans seulement en 1962. La pièce maîtresse de l’exposition est une véritable usine Gilera, créée par le conservateur du musée Mike Jones, qui se trouve parmi une foule de trophées, de médailles et de souvenirs de la carrière de McIntyre, aimablement prêtés au musée par sa fille Eleanor.

Si cette exposition est la cerise sur le gâteau des quelque 400 vélos exposés, en réalité, chaque pièce est une star à part entière. Il y a des points d’intérêt dans tout le musée et j’étais captivé par chaque tour de tête. Bien que le nombre d’objets exposés soit vaste, le musée lui-même ne semble pas encombré et le niveau d’accès est tout simplement fabuleux. On peut voir les machines sous tous les angles et, bien que certaines expositions que j’ai visitées ailleurs aient un aspect étouffant et digne d’une bibliothèque, ce n’est pas le cas ici et après avoir passé du temps avec Mike à discuter de tout, des trains à vapeur aux vélos de course, il est clair qu’il est un passionné de la conduite automobile et cela se reflète dans les pièces exposées. En vérité, je n’avais pas prévu assez de temps pour visiter l’île, tant la profondeur de cet endroit était forte, mais j’ai hâte d’y retourner en juillet quand je reviendrai sur l’île et de me donner un jour libre pour me déplacer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *